Le souffle

On naît sur une inspiration et on meurt en rendant notre dernier souffle.
Il est possible de vivre plusieurs jours sans manger ni boire, mais privés du souffle, nous mourrons en quelques minutes.
Le souffle, c’est la vie.. Et pourtant au quotidien, nous pensons si peu à notre respiration.

En yoga, on appelle Pranayama la science du contrôle du souffle, qui se pratique toujours par le nez. L’inspiration et l’expiration sont complètes et font travailler l’ensemble des poumons. A l’expiration, le diaphragme monte et masse le coeur : à l’inspiration, l’abdomen se gonfle, le diaphragme descend et masse les organes abdominaux. Et en pratique, il est important de synchroniser le souffle et le mouvement, et de bien se concentrer sur le rythme respiratoire.

Le pranayama est la clé de voute du yoga.

La première respiration à pratiquer régulièrement est la respiration yogique complète. Elle consiste à inspirer et expirer en toute conscience et en trois étapes :

flèche haut

Inspiration
3. Respiration Claviculaire
2. Respiration Intercostale
1. Respiration Abdominale

flèche hautExpiration
1. Respiration Claviculaire
2. Respiration Intercostale
3. Respiration Abdominale


Tout comme il y a trois phases dans les asanas, il y a trois phases dans le pranayama :

– l’inspiration
– la rétention
– l’expiration

Les respirations yogiques accordent beaucoup d’importance à la rétention car c’est dans cette phase que l’énergie (le prana) va circuler dans notre corps, et à l’expiration, qui constitue la phase de rejet de l’air impur.

Voici quelques exercices respiratoires que nous aborderons régulièrement durant les séances :

anulomaNadi Shodhana
C’est un exercice de respiration alternée où on inspire par une narine, on retient le souffle puis on expire par l’autre narine.

Sheetalisheetali
La respiration rafraîchissante. Cet exercice consiste à inspirer par la bouche en enroulant et sortant légèrement la langue (comme une paille), fermer la bouche et retenir le souffle, et expirer lentement par le nez.

sheetkariSheektari
C’est l’exercice alternatif à Sheetali si l’on ne parvient pas à enrouler sa langue. Les dents du haut et du bas se touchent légèrement, la pointe de la langue se place contre l’arrière du palais et on retrousse un peu les lèvres.
On inspire lentement par la bouche (cela produit un léger sifflement), on retient le souffle à poumons pleins et on expire lentement par le nez.

Ujjayi
La respiration victorieuse. Cette technique se pratique en contractant légèrement la glotte (même mouvement de la gorge que lorsqu’on fait de la buée sur une vitre avec la bouche), jalandhara bandha est engagé. Cela produit un son qui ressemble au mouvement des vagues de l’océan. Cette technique est souvent pratiquée en même temps que les postures.

Kapalabhatikapalabhati
L’exercice du crâne brillant. Dans cette technique, l’inspiration est passive, et on expire en contractant l’abdomen de manière saccadée, ce qui élève le diaphragme et vide complètement les poumons.

Bhastrika
La respiration du soufflet. Comme Kapalabhati, c’est une technique qui consiste à faire des séries de pompes abdominales (à la manière du soufflet d’un forgeron), entrecoupées de rétentions du souffle. Cette technique très puissante nécessite l’encadrement d’un enseignant.

bhramariBrahmari
La respiration du bourdon. Comme pour Ujjayi pranayama, on ressert légèrement la glotte, on inspire par les deux narines et on expire lentement en imitant le bourdonnement, tout en se bouchant les oreilles.

Quelle que soit la technique, les exercices de pranayama constituent la clé de voute de notre pratique. Ils nous permettent de mieux nous concentrer et d’apaiser considérablement notre mental.

manda om gris

« Quand le souffle s’égare, le mental est instable, mais quand le souffle est calme,
le mental est calme » (Hatha Yoga Pradipika)